« Healthy diet » : les données clés de l’OMS

  • Une alimentation équilibrée protège de la malnutrition sous toutes ses formes, ainsi que des maladies non transmissibles tels que l’obésité, le diabète, les maladies cardiovasculaires, l’infarctus et le cancer.
  • Une mauvaise alimentation et le manque d’activité physique entrainent des risques pour la santé. 
  • Les bonnes pratiques alimentaires doivent commencer dès le plus jeune âge, l’allaitement peut avoir un bénéfice à long terme comme la diminution du risque de surpoids pendant l’enfance et l’adolescence.
  • La consommation calorique doit être en équilibre avec la dépense énergétique. Il est prouvé que l’apport total en lipides ne doit pas dépasser 30% de la prise énergétique totale pour éviter une prise de poids dangereuse pour la santé (1, 2, 3), avec une préférence pour les acides gras saturés plutôt que les insaturés (3), ainsi qu’une tendance à l’élimination des acides gras trans industriels (4).
  • Il faut limiter la consommation de sucres rapides à moins de 10% de la prise énergétique totale (2, 5). Il est suggéré de tendre à le réduire à moins de 5% (6) pour obtenir des bénéfices supplémentaires sur la santé.
  • Pour prévenir l’hypertension et limiter le risque de maladies cardiovasculaires et d’infarctus, il faut limiter la consommation de sel à moins de 5 g par jour pour les adultes (7).
  • Les Etats membres de l’OMS se sont mis d’accord pour réduire la consommation de sel de 30% dans la population générale et de mettre fin à l’augmentation de la prévalence du diabète et de l’obésité d’ici 2025.

En savoir plus sur le site de l’OMS

Les commentaires sont fermés.