Hommage à Alain Rérat

Alain Rérat est décédé le 28 juillet 2014 à l’âge de 88 ans. Il aura marqué la recherche en nutrition animale comme en nutrition humaine. Tout au long de sa carrière, il a défait les frontières entre les mondes des vétérinaires, des médecins et des agronomes. En 1987, il est d’ailleurs devenu membre titulaire de leurs trois Académies respectives et y aura été actif jusqu’en 2014. Il a, ainsi qu’il le souhaitait lorsqu’il a pris sa retraite, utilisé son expérience, son acquis scientifique et sa vision de la recherche, pour les mettre au service de la science et de la société.

Vétérinaire de formation, il entre à l’INRA en 1952, car il désirait faire de la recherche. A l’époque, l’usage était de détacher les recrues dans des laboratoires de formation ; c’est au laboratoire de biochimie de la nutrition du CNRS, à Bellevue, qu’il commence à se spécialiser dans l’absorption des nutriments. En 1959, il rejoint la station de recherche sur l’élevage du centre de Jouy-en-Josas. Il devait étudier les besoins nutritionnels, s’est intéressé à l’efficacité des étapes de la digestion, et a fait école en développant une approche chirurgicale pour comprendre et mesurer la digestion comme l’absorption. En 1962, il est nommé directeur de la station de recherche sur l’élevage des porcs de Jouy-en-Josas. En 1972, les équipes de zootechnie, de reproduction et de croissance partent à Rennes. Restent à Jouy-en-Josas les spécialistes du comportement alimentaire et des sécrétions, absorption et motricité du tube digestif. La station devient alors le laboratoire de physiologie de la nutrition qu’Alain Rérat dirigera jusqu’en 1989. De 1970 à 1972, il est administrateur du centre. En 1972, il est nommé directeur du centre de recherche sur la nutrition du CNRS à Bellevue et le restera 10 ans. De 1972 à 1984, il dirige le département de Nutrition de l’INRA. Il aura donc dirigé simultanément deux laboratoires et un département de l’INRA en étant par ailleurs vice-président de la commission gastro-entérologie de l’INSERM, sans pour autant abandonner son travail chirurgical et le calcul des flux digestifs y afférant.

Simultanément il s’intéresse à la qualité des aliments de l’Homme et apporte son concours à l’Institut Français pour la Nutrition (IFN), dont il fut membre du conseil d’administration de 1992 à 1999 et membre du conseil scientifique de 1995 à 2001.

Pour lui, la première qualité du chercheur est son imagination, sa curiosité et sa capacité à émettre des idées nouvelles qui stimulent les esprits. Ceux qui l’ont connu peuvent témoigner de son exigence. Elle aura été le tremplin d’une autre manière de voir la recherche en nutrition.
Une figure importante de la recherche en Nutrition s’est éteinte. Nombreux sont ceux qui peuvent témoigner de ce qu’Alain Rérat aura essaimé. L’IFN lui avait décerné en 1988 son Prix de la Recherche en Nutrition.

 

D’après un texte diffusé par l’INRA.

Les commentaires sont fermés.