ANSES : « Apports en acides gras de la population vivant en France. Comparaison aux apports nutritionnels conseillés définis en 2010 »

« Au final, dans la population vivant en France, quelle que soit la quantité de lipides totaux consommés, la qualité des apports en acides gras n’est pas conforme aux recommandations. Pour atténuer les déséquilibres observés, le CES préconise de favoriser la consommation des aliments identifiés comme les meilleurs contributeurs effectifs aux apports en acides gras à privilégier. Il s’agit par exemple de l’huile d’olive (pour l’acide oléique), des huiles de colza et de noix (pour l’acide α-linolénique), et des poissons (pour l’EPA et le DHA). … Il convient également de limiter les apports en acides gras saturés athérogènes en cas d’excès (acides laurique, myristique, palmitique). »

Télécharger le rapport d’étude

Les commentaires sont fermés.