ANSES : « AVIS relatif à l’évaluation des apports en vitamines et minéraux issus de l’alimentation non enrichie, de l’alimentation enrichie et des compléments alimentaires dans la population française : estimation des apports usuels, des prévalences d’inadéquation et des risques de dépassement des limites de sécurité »

Extrait :

« Cette analyse a permis de montrer que le risque de dépassement des limites de sécurité est très marginal dans la population des adultes et celle des enfants. En revanche, certaines prévalences d’inadéquation d’apports en vitamines et minéraux sont élevées, principalement pour les personnes âgées de 75-79 ans (notamment pour le calcium, le magnésium, le sélénium, le potassium, les vitamines C et B6), pour les enfants et adolescents de 10 à 17 ans (notamment pour le magnésium, le calcium, le cuivre, le zinc, le potassium) et pour les filles de 13 à 17 ans (pour l’iode et le sélénium). …
Concernant la vitamine D, la prévalence d’inadéquation aux besoins est quasiment de 100 % chez les adultes quels que soient l’âge et le sexe. …

En termes de perspectives, l’Anses estime que les résultats présentés dans cet avis soulignent la nécessité de poursuivre les travaux sur :

- la caractérisation des besoins en vitamine D et donc du statut nutritionnel, afin de déterminer les mesures de gestion les plus adaptées ;

- la biodisponibilité des nutriments selon les matrices alimentaires. En effet, en raison du manque d’information sur la biodisponibilité, l’évaluation de la prévalence des inadéquations est imprécise pour certains nutriments ;

- les populations particulières (telles que les végétariens/végétaliens, les femmes enceintes…). … »

Télécharger l’avis

Les commentaires sont fermés.