Le FFAS : agir pour l’alimentation et la santé

L’objectif du FFAS, et il est d’intérêt général, c’est de mobiliser l’ensemble des acteurs du domaine de l’alimentation pour engager et soutenir des actions concrètes de terrain, des projets expérimentaux, d’apporter des connaissances dans le domaine de l’alimentation et de la nutrition, d’identifier leur impact sur la santé (cf. la nouvelle plaquette sur le FFAS). Il s’agit de répondre aux questions que se posent les consommateurs, de favoriser les comportements et modes de vie adaptés, d’apporter des éléments objectifs sur des sujets controversés.

Le FFAS vient ainsi de publier un « Etat des lieux » sur la vitamine D (cf. rubrique Actualités de cette newsletter), faisant le point sur les déficiences et carences qui touchent une forte partie des Français et formulant un certain nombre de recommandations. De même, pour expliquer les progrès de la connaissance en matière d’épigénétique (impact des événements survenant dans les 1000 jours – de la conception aux deux ans de l’enfant –, notamment l’alimentation de la mère et celle de l’enfant), le FFAS a organisé une conférence le 8 mars 2016. Elle a mis en exergue les liens entre alimentation et épigénétique en synthétisant les résultats des recherches (cf. lien vidéo dans cette newsletter).

Dans nos sociétés, l’univers de l’alimentation et de la nutrition fait l’objet de discours contradictoires et aux bases scientifiques parfois fragiles, alors même que la connaissance de la réalité des comportements alimentaires, dans une société beaucoup plus diverse qu’autrefois, est aujourd’hui très insuffisante.

Quels sont les réels comportements d’achat de chacun ? Quelle importance est accordée par les consommateurs à l’information nutritionnelle apposée sur les produits alimentaires ? Qu’en est-il notamment pour les personnes défavorisées qui sont souvent celles qui ont le plus besoin d’information ? Comment chaque individu perçoit-il ces signaux ?

Ces questions, qui sont celles d’aujourd’hui, doivent être pleinement prises en compte par la politique nutritionnelle et, de manière plus générale, par tous ceux qui agissent dans le domaine de la nutrition ou s’y intéressent. C’est le sens de l’implication du FFAS dans l’expérimentation de nouveaux systèmes d’étiquetage nutritionnel simplifié (http://urlz.fr/3oAL). Expérimenter, c’est aussi une approche nouvelle et nécessaire dans toutes les politiques publiques, une condition de leur efficacité et une vérification préalable par les Pouvoirs publics de l’impact potentiel des mesures sur lesquelles ils engagent leur crédibilité.

C’est, au plan général, une préoccupation de tous ceux qui s’intéressent à l’amélioration des processus de la décision publique, par exemple du Cercle de la réforme de l’Etat (cf. rubrique Actualités de cette newsletter). Cela doit être vrai aussi de la politique publique afférente à la nutrition.

Il est nécessaire pour l’intérêt général d’expérimenter différents systèmes d’information nutritionnelle afin d’observer l’évolution réelle des comportements d’achat au plus près des consommateurs. Les systèmes d’étiquetage nutritionnel actuellement proposés sont au nombre de quatre : le score cinq couleurs (5-C) ; le système SENS fondé sur quatre couleurs auxquelles correspondent des fréquences de consommation ; le système « Nutri-Repères » fondé sur la contribution de l’aliment aux apports journaliers en énergie et en quatre nutriments ; le système trois couleurs (Traffic lights) pour ces mêmes éléments pratiqué en Grande Bretagne.

Cette expérimentation viendra comparer les différents systèmes mais aussi estimer leur compréhension par les consommateurs et leur impact sur les populations les plus défavorisées. Le souci de ces populations n’est pas nouveau pour le FFAS qui vient de sélectionner sept projets à l’issue de l’appel à projets qu’il avait lancé (cf. rubrique Actualités de cette newsletter).

Cette évaluation préalable qui constitue un véritable travail d’intervention, réunissant tant des acteurs économiques (producteurs et distributeurs) que des scientifiques de diverses disciplines, a pour objectif d’apporter les éléments nécessaires aux décideurs publics.

D’autres actions sont bien entendu nécessaires en matière de nutrition, y compris, pour les Pouvoirs publics, actualiser les repères nutritionnels du PNNS. Mais l’information du consommateur sur le contenu nutritionnel de ses achats en est une composante très importante. Je suis totalement engagé dans cette action.

a

Christian Babusiaux

Président du FFAS

Les commentaires sont fermés.