Claudine Junien : « De la conception à deux ans : comment l’environnement et l’épigénétique conditionnent notre santé future ? »

Conséquences épigénétiques de l’alimentation des mille premiers jours de vie, par Claudine Junien, Professeur de génétique, INRA UMR Biologie et développement et reproduction – past présidente de la SF-DOHaD

Selon le concept DOHaD, des modifications épigénétiques retiennent la mémoire des effets des facteurs environnementaux auxquels un individu est soumis. La période de développement précoce, pré et postnatal (les 1000 jours) s’avère donc particulièrement cruciale.  En effet, l’épigénome est alors particulièrement sensible aux effets de l’environnement, et l’individu construit son capital santé pour répondre ultérieurement aux aléas de la vie. Des questions fondamentales demeurent cependant quant à la nature, aux rôles et à l’impact respectif, des marques et mécanismes épigénétiques, et à leur persistance au fil des générations.

Suite à la conférence du 8 mars dernier, Claudine Junien a répondu à 3 questions supplémentaires :

> Qu’est-ce que l’épigénétique par rapport à la génétique ?
> Qu’entend-on par période des milles jours ?
> A quel âge doit-on s’intéresser à l’épigénétique ? 

Les réponses dans la vidéo ci-dessous!

a

Les commentaires sont fermés.