Alcool

Vin, bière, champagne, apéritifs, digestifs contiennent-ils la même quantité d’alcool ?

Si l’on considère le pourcentage d’alcool de ces différentes boissons alcooliques, elles ne contiennent pas la même quantité d’alcool pour un volume identique.

1 litre de vin à 12° contient           12 cl d’alcool
1 litre de bière à 5°contient           5 cl d’alcool
1 litre de whisky à 45° contient      45 cl d’alcool

Dans les débits de boissons et les restaurants, le verre normalisé de ces différentes boissons apporte environ 10 g d’alcool.

*Verre normalisé = 10 g d’alcool 

Boisson Quantité
Whisky 2,5 cl 10 g d’alcool
Bière 25 cl 10 g d’alcool
Cidre 25 cl 10 g d’alcool
Pastis 2,5 cl 10 g d’alcool
Champagne 10 cl 10 g d’alcool
Vin 10 cl 10 g d’alcool

Comme l’alcool est plus léger que l’eau, sa densité est inférieure, elle est de 0,8. En multipliant le volume d’alcool par 0,8 on obtient le poids d’alcool.
1 verre (100 ml) de vin à 12° contient 12 ml d’alcool et 12 × 0,8 = 9,6 g d’alcool ≈ 10 g

Faut-il boire du vin rouge en prévention des maladies cardiovasculaires ?

La diminution du risque coronarien imputée au vin rouge (« French paradox ») est observée avec toutes les boissons alcooliques. Elle a été constatée pour une consommation d’environ 1 verre* à 1 verre1/2 par jour (entre 10 et 20g d’alcool). Au-delà, les effets bénéfiques sont contrebalancés par les effets néfastes. Ces effets favorables ne s’observent que lorsque la consommation est quotidienne, elle ne peut être cumulée en fin de semaine.

*Verre normalisé de vin = 10 cl = 10 g d’alcool

Est-il vrai que la bière a de nombreuses vertus pour la santé ?

La bière a, comme le vin, des effets bénéfiques dans la prévention des maladies cardiovasculaires, dans les mêmes conditions de consommation (pas plus de 2 verres* par jour). L’effet bénéfique de l’alcool est complété par divers microconstituants (antioxydants) présents dans les deux boissons.
Quant à la légende qui prétend que la bière favorise la lactation chez la mère qui allaite, elle ne possède aucun fondement scientifique et doit être combattue : car l’alcool consommé passe dans le lait maternel et intoxique le bébé.

*Verre normalisé de bière = 25 cl = 10 g d’alcool

Qu’est-ce que l’alcoolémie ?

L’alcoolémie indique la quantité d’alcool pur contenu dans un litre de sang. Lorsque l’on n’a pas bu de boissons alcoolisées ce taux est égal à zéro. En France l’alcoolémie maximum autorisée au volant est de 0,5g/l.
Lorsque l’on boit de l’alcool à jeun, comme à l’apéritif, l’alcoolémie monte rapidement en 30 minutes. Au cours d’un repas, l’élévation de l’alcoolémie est ralentie par la prise conjointe d’aliments.
Dans tous les cas, l’alcoolémie redescend lentement de 0,15g/l par heure environ.

A quoi correspond une consommation modérée d’alcool ?

Pour l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), une consommation modérée d’alcool est équivalente à 2 verres* par jour pour une femme et à 3 verres* par jour pour un homme (en raison des différences métaboliques). Au-delà, les risques de maladies et de troubles du comportement augmentent sensiblement (en particulier, il y a un risque d’augmentation des lipides du sang et de la tension artérielle).
*Verre normalisé = 10 g d’alcool 

Boisson Quantité
Whisky 2,5 cl 10 g d’alcool
Bière 25 cl 10 g d’alcool
Cidre 25 cl 10 g d’alcool
Pastis 2,5 cl 10 g d’alcool
Champagne 10 cl 10 g d’alcool
Vin 10 cl 10 g d’alcool

L’alcool fait-il grossir ?

L’alcool apporte 29 kJ au g (7 kcal), ce qui représente un apport énergétique important pour les buveurs habituels. Certaines boissons contiennent en plus des sucres : les vins doux, les apéritifs, les bières, etc…qui contribuent à l’apport énergétique à raison de 17 kJ (4 kcal) par gramme de sucre.

2 verres de vin sec fournissent 565 kJ (135 kcal), un demi (25cl) de bière 525 kJ (125 kcal) et un verre (5 cl) d’apéritif type porto, muscat ou « vermouth » apporte en moyenne 315 kJ (75 kcal).

Est-ce que boire de l’alcool réchauffe ?

L’alcool ne donne pas de forces ni ne réchauffe. C’est l’effet euphorisant de l’alcool qui atténue la perception de fatigue et l’effet vasodilatateur (dilatation des vaisseaux sanguins) qui donne une impression fugitive de chaleur.

>