Lettre scientifiques

Consommation des glucides simples : analyse de deux études françaises

88 - Octobre 2002 - Jean-Michel Borys (Fleurbaix-Laventie Ville Santé, Laventie), Valérie Deschamps (INSERM, Villejuif), Philippe Reiser (ASPCC, Paris)

5 pages

Alimentation, nutrition, politiques publiques : un enjeu au Sud comme au Nord

87 - Mai 2002 - Geneviève Le Bihan, Francis Delpeuch, Bernard Maire (IRD, Montpellier)

7 pages

Résumé :

Aujourd’hui plus de la moitié de la population mondiale est atteinte par une forme ou une autre de malnutrition, maladies de carences et/ou d’excès, ayant des conséquences importantes sur le développement humain et sur celui des sociétés. Les relations complexes entre les problèmes nutritionnels et les facteurs politiques, socio-économiques, environnementaux et la gestion des ressources, appellent à dépasser l’approche biomédicale classique et les solutions isolées. Une autre approche est possible, plus globale et nécessairement plus complexe dans ses applications. Elle consiste à placer le bien-être nutritionnel au centre des modes de vie, de production et de consommation, et oblige ainsi à repenser les fondements théoriques et pratiques de nombreuses politiques et interventions.


Les algues alimentaires : freins et motivations

86 - Avril 2002 - Hélène Marfaing (CEVA), Philippe Laurent (Boomer Conseil)

10 pages

Résumé :

La quantité d’algues transformées annuellement dans le monde est de plus de 9 millions de tonnes. Les applications alimentaires directes (algues légume) concernent 75 % de cette production. L’algue est un aliment traditionnel en Asie du sud-est où ses propriétés technologiques, organoleptiques et nutritionnelles en font un mets de choix. En France 13 algues sont autorisées à ce jour en tant que “légumes” en alimentation humaine. Quelle en est la perception du consommateur ? Entre freins et motivations, un marché en pleine expansion…


Sel et santé

85 - Février 2002 - Pr. Xavier JEUNEMAITRE (Hôpital Européen Georges Pompidou), Bernard MOINIER (Comité des salines de France)

8 pages

Des savoirs à l’expertise en nutrition

84 - Décembre 2001 - Pr. Ambroise MARTIN (AFSSA, Paris), François GALLOUIN (INA Paris-Grignon), Martin HIRSCH (AFSSA, Paris)

8 pages

Listeria monocytogenes : une bactérie responsable d’infections graves mais adulée des biologistes

83 - Novembre 2001 - Pascale COSSART (Institut Pasteur , Paris )

Résumé :

La listériose est une maladie grave résultant de l’ingestion d’aliments contaminés par la bactérie Listeria monocytogenes. Cette bactérie est particulièrement bien adaptée à une croissance dans des environnements très variés et même hostiles. Dans l’organisme infecté, elle a la capacité de traverser la barrière intestinale, la barrière foetoplacentaire et la barrière hématoencéphalique. Ces propriétés caractéristiques s’ajoutent à une autre caractéristique de Listeria qui est celle de pouvoir entrer dans de nombreuses cellules, de s’y multiplier et même de passer de cellule en cellule pour envahir les tissus. Depuis plus d’une décennie, alors que les industriels traquent les Listeria, les scientifiques eux cherchent à comprendre à tous les niveaux comment se produit une listériose. Des avancées très importantes ont eu lieu cette année avec la découverte de la façon dont la bactérie traverse la barrière intestinale ainsi que l’élucidation de la structure de son génome, ouvrant la voie à une vue globale de la biologie de Listeria dans l’environnement et dans l’hôte infecté.


Acides gras oméga-3 et cancer

82 - Octobre 2001 - Pr Philippe BOUGNOUX (Université F. Rabelais, Tours).

3 pages

Résumé :

Pour le médecin, le cancer est l’expression clinique -sous la forme d’une tumeur- d’un désordre lié à la réponse de l’hôte à la présence de cellules cancéreuses. Pour le biologiste, le cancer est la conséquence de l’altération acquise des gènes. Entre ces deux aspects se situent les étapes du développement des tumeurs, en l’absence desquelles la maladie cancéreuse n’apparaît pas. L’environnement, alimentaire notamment, en influençant ces étapes, peut stimuler ou inhiber la formation des tumeurs.
Cet article est axé sur l’effet des acides gras polyinsaturés, l’équilibre qualitatif entre oméga-3 et oméga-6 ainsi que leur interaction avec les composants à activité antioxydante.


Fibres et prévention du cancer colorectal : bilan du groupe de travail du réseau NACRe

81 - Juillet 2001 - Paule MARTEL (INRA , Jouy-en-Josas ) et Marie-Christine BOUTRON-RUAULT (ISTNA-CNAM , Paris ) et Pierre ASTORG (ISTNA-CNAM , Paris )

9 pages

Résumé :

Les équipes de recherche françaises dans le domaine Alimentation et Cancer ont constitué un réseau qui a pour objectif :
- de connaître les déterminants alimentaires et nutritionnels des cancers, dans une finalité de prévention ;
- de fournir des bases scientifiques pour la politique de santé publique, les consommateurs, les médias et les organisations spécialisées.

Après la présentation de ce réseau sont communiqués les travaux du groupe de travail « Fibres et prévention du cancer colorectal ». Si le rôle protecteur des fibres était initialement une des hypothèses principales sur les relations entre alimentation et cancer colorectal, les très nombreux travaux disponibles tant sur le plan épidémiologique qu’expérimental ne permettent pas actuellement de proposer une prévention basée sur un supplément d’apport de fibres. Le rôle des différents types de fibres est discuté ainsi que les résultats des différentes études épidémiologiques pour déboucher sur les enjeux et perspectives dans ce domaine.


Besoins nutritionnels au cours de la grossesse et de la lactation

80 - Mai 2001 - Pr Jean-Louis BRESSON et Pr Jean REY (Hôpital Necker-enfants malades , Paris )

8 pages

Résumé :

Les recommandations nutritionnelles pour les femmes enceintes apparaissent bien éloignées des réalités fonctionnelles et surévaluent les besoins réels. Tout indique aujourd’hui que les mécanismes d’adaptation permettent à des femmes en bonne santé et ayant une alimentation variée, de mener une grossesse normale à son terme sans autre ressource que celle que procure l’augmentation spontanée de leur consommation alimentaire. Seules certaines situations justifient une intervention sous la forme d’un supplément approprié.


La consommation d’alicaments » chez les femmes enceintes.

79 - Mars 2001 - Bernhard KITOUS (Institut d'Etudes Politiques , Rennes)

16 pages

Résumé :

Bien que le vocable « alicament » ne soit pas entièrement satisfaisant, il est couramment utilisé pour traduire la notion de « produits frontières » entre l’aliment et le médicament. Sur la base d’une étude du champ des « alicaments », les résultats d’une enquête de consommation réalisée auprès de 250 femmes hospitalisées en maternité sont présentées (comportements, attitudes, croyances…). Une ébauche de scénarios pour l’avenir du secteur des « alicaments » est dessinée.


Les dimensions sociales / biologiques de l’obésité.

78 - Décembre 2000 - 1. Les dimensions sociales de l'obésité. par Jean Pierre POULAIN (Université Toulouse-le-Mirail , Toulouse) 16 pages 2. Les dimensions biologiques de l’obésité . par Dr Daniel RICQUIER (CNRS, Meudon) 4 pages

Résumé :

L’investigation sociologique de l’obésité est présentée selon un double point de vue. Le premier accepte la posture épistémologique de l’épidémiologie et étudie les liens entre le développement de cette pathologie socialement diversifiée et certains phénomènes sociaux (évolution des modes de vie, transformations des pratiques alimentaires…). Le second prend pour objet le discours médical sur l’obésité et les projets de prévention et d’intervention de politiques de santé publique qui en découlent.

Pour le biologiste, les obésités sont comprises comme des problèmes d’équilibre énergétique (entrée/sortie), de biologie cellulaire, et de contrôle par le système nerveux central. Il étudie toutes sortes de situations dans lesquelles le poids varie, la prise alimentaire est modifiée, les tissus adipeux se développent ou s’atrophient, la dissipation d’énergie change et essaie de comprendre la nature et le fonctionnement des signaux entre le cerveau et les autres organes, impliqués dans le contrôle du poids corporel.


Des besoins nutritionnels à l’aliment : une démarche inhabituelle

77 - Octobre 2000 - Luc MEJEAN (ENSAIA-INPL , Nancy ), Claude GERBAULET (Nutrimate, Evian).

7 pages

Résumé :

Généralement le nutritionniste et le diététicien cherchent à déterminer si la valeur nutritionnelle d’un régime alimentaire observé est en adéquation avec certaines règles définissant l’équilibre nutritionnel.
Ici est présentée une démarche qui consiste à l’inverse à utiliser des algorithmes qui permettent au patient un choix raisonné d’aliments satisfaisant aux exigences de son équilibre nutritionnnel.


L’alimentation des populations rurales du centre du Laos

76 - Juin 2000 - Florence STRIGLER (IFN , Paris )

7 pages

Résumé :

Présentation des pratiques alimentaires, encore très traditionnelles, des populations rurales du Centre du Laos : les aliments consommés, leur origine, leur conservation, leur préparation, la composition des repas …


Le principe de précaution : aspects juridiques

75 - Mai 2000 - Maître Nicole COUTRELIS (Coutrelis et associés , Paris )

8 pages

Résumé :

Le principe de précaution est de plus en plus souvent mis en avant lorsqu’on parle de sécurité sanitaire des aliments. Des conséquences juridiques importantes peuvent en découler. Il importe donc de le définir, de savoir quand et à qui il s’applique et d’en connaître les conséquences concrètes.


Les troubles du comportement alimentaire chez les adolescents

73 - Mars 2002 - Dr. Maurice CORCOS (Institut Mutualiste Montsouris , Paris )

4 pages

Résumé :

Maux d’adolescents des sociétés aisées, l’anorexie et la boulimie font désormais partie du paysage médiatique.
Leur fréquence est-elle pour autant en augmentation ? Ces troubles du comportement correspondent-ils à un profil psychologique ou sociologique particulier ? Quelles peuvent en être les conséquences sur la santé ? Comment les détecter ? Comment les traiter ?


Aspects nutritionnels du sida : de la dénutrition aux lipodystrophies

74 - Avril 2000 - Professeur Jean-Claude Melchior (Hôpital Raymond Poincaré , Garches )

5 pages

Résumé :

Si la dénutrition reste une complication importante de l’infection par le VIH, on assiste aujourd’hui à l’apparition de nouvelles complications nutritionnelles regroupées sous l’appellation de lipodystrophies. Ces syndromes sont associés à des troubles métaboliques tels que l’hypercholestérolémie, l’hypertriglycéridémie ou encore l’intolérance aux hydrates de carbone. Leur prise en charge reste complexe et mal connue mais nécessaire compte tenu des risques d’abandon thérapeutique par les patients qui accusent les antirétroviraux de ces effets secondaires.


Les allergies alimentaires : problèmes actuels

72 - Février 2000 - Analyse et recommandations du Groupe de travail de l’IFN

4 pages

Résumé :

Face à l’inquiétude générale suscitée par le développement rapide et important des allergies alimentaires, un Groupe de Travail a été constitué au sein de l’IFN pour identifier les problèmes prioritaires et réfléchir aux réponses qui pourraient leur être apportées dans l’immédiat. La synthèse de ces réflexions et les conclusions sont présentées ici par Jean-Michel Wal, membre du Groupe de Travail.


Actualités sur les folates

71 - Janvier 2000 - Geneviève POTIER de COURCY (ISTNA - CNAM , Paris )

8 pages

Résumé :

Les apports en acide folique sont-ils suffisants ? Quels sont ls risques d’une sous-consommation, compte tenu en particulier des nouvelles données cliniques et épidémiologiques sur le sujet ? Cela doit-il modifier la valeur des apports conseillés (ANC) actuellement en cours de réexamen ? Y a-t-il à l’inverse des risques de surconsommation ? Les méthodes de dosage sont-elles bien adaptées aux besoins ?
C’est à ces questions que cet article tente de répondre.


Quels critères pour les besoins en protéines chez l’homme?

128 - Septembre 2008 - Yves Boirie (Université d'Auvergne), Michel Krempf (Hôtel-Dieu, Nantes) et Daniel Tomé (AgroParisTech)

8 pages

L’alimentation des personnes âgées

70 - Décembre 1999 - Pr. Xavier LEVERVE (Université Joseph Fourier , Grenoble ) et Dr Marc BONNEFOY (Centre Hospitalier Lyon-Sud , )

4 pages

Résumé :

L’observation d’une relation entre la restriction des apports nutritionnels et la longévité est ancienne. Et si de nombreux travaux la confirment, l’existence d’un lien de causalité reste toujours controversée. Deux questions majeures se posent alors : L’étude de l’effet de la restriction alimentaire sur la longévité permet-elle de pénétrer les mécanismes intimes du vieillissement ? La restriction alimentaire volontaire doit-elle être recommandée ?
* Le vieillissement s’accompagne de modifications physiologiques importantes, d’une diminution de l’activité physique et de changement du comportement alimentaire. Or ces trois paramètres sont fortement liés ; la dégradation de l’un d’entre eux pouvant mettre en péril un équilibre souvent précaire.