Inégalités sociales : conséquences biologiques selon le sexe

Inégalités sociales : conséquences biologiques selon le sexe

 

Au sein de nos sociétés, les inégalités socio-économiques touchent davantage les femmes et par conséquent leurs enfants. Pour l¹enfant, des conditions défavorables, aux tout premiers stades de la vie, ont des conséquences sur son développement physique et mental et s’accompagnent d’une augmentation de la morbidité et de la mortalité à l’age adulte. Les réactions aux différents types de stress (psychosociaux, rythmes de vie, contraintes familiales, alimentaires, socio-économiques…) diffèrent selon le sexe. Elles s¹assortissent de différences en termes de comportement alimentaire, de métabolisme, de préférences et d’utilisation des aliments avec des conséquences physiopathologiques différentes. Les mécanismes biologiques qui sous-tendent ces différences et plus généralement ceux permettant d’expliquer comment le psychosocial agit sur le biologique et réciproquement sont cependant peu étudiés.

Le Fonds français pour l’alimentation et la santé souhaite soutenir des initiatives étudiant ces différences liées au sexe (père, mère, fille, garçon) par une approche transversale biologique, psychologique et sociologique. Elles viseront à prévenir/alléger le fardeau du vécu nutritionnel et du stress tout au long de la vie et d’une génération à l’autre. Ces approches constituent un premier pas vers un meilleur ciblage et donc une meilleure efficacité des politiques de prévention.

 


Télécharger l’appel à projets

Les commentaires sont fermés.