Le lourd fardeau de l’obésité

OECD – Organisation de coopération et de développement économiques

De plus en plus de personnes sont en surcharge pondérale dans les pays de l’OCDE, or on estime que le surpoids gomme 3.3 % du PIB en moyenne. Les problèmes de santé qui apparaissent avec l’embonpoint entraînent une progression de l’absentéisme au travail et nuisent à la productivité, l’augmentation de notre apport calorique n’étant pas contrebalancée par davantage d’exercice physique. Le surpoids est préjudiciable non seulement pour la santé, mais aussi pour les finances et pour le bien‑être des individus car il plombe les résultats scolaires des enfants et, chez les adultes, ajoute au risque de chômage et raccourcit l’espérance de vie.
Au cours des trente années à venir, le surpoids sera responsable de quelque 92 millions de décès dans les pays de l’OCDE, et les maladies dont lui ou l’obésité sont la cause vont entraîner un recul de l’espérance de vie, de près 3 ans, d’ici 2050.

Les auteurs du présent rapport ont épluché les coûts économiques, sociaux et sanitaires qu’emporte l’accroissement de la population obèse, ou seulement en surpoids, dans un maximum de 52 pays, entre membres de l’OCDE, de l’Union européenne ou du Groupe des 20 (G20). À travers l’évaluation des dépenses à engager, de leur efficacité et du retour sur investissement à en escompter face à un problème de santé mondial qui ne cesse de s’aggraver, ils démontrent qu’il est à la fois urgent et économiquement fondé d’employer davantage de moyens à la mise en œuvre de mesures qui favoriseront l’adoption de modes de vie plus sains.

Lire le résumé (français)

Accéder à l’intégralité du rapport (anglais)

Les commentaires sont fermés.