Nouvelles parutions

Banques Alimentaires : une aide alimentaire structurée autour d’un écosystème circulaire solidaire

Dans Vie sociale 2021/4 (n° 36), pages 65 à 79

Mauvilain B et al

Résumé :

Depuis sa création en 1984, le réseau des Banques Alimentaires s’est développé, structuré, professionnalisé et constamment adapté. En 2020, les Banques Alimentaires ont accompagné plus de 2 millions de bénéficiaires. Ce travail est accompli au quotidien par les 79 Banques Alimentaires et leurs 31 antennes. Il s’appuie sur les quelque 7 000 bénévoles et plus de 500 salariés qui assurent un maillage au plus près des territoires en France métropolitaine, aux Antilles et à la Réunion. Les Banques Alimentaires distribuent leurs produits à plus de 6 000 associations et ccas partenaires. Depuis mars 2020, la crise sanitaire et sociale a remis en avant l’importance de l’aide alimentaire. Elle a marqué la grande capacité d’adaptation et d’innovation de ce réseau, amplifiant souvent des transformations déjà engagées : distribution directe, achats de produits alimentaires locaux diversifiés et de qualité, distribution de produits d’hygiène, prévention santé, dispositifs pour les étudiants, etc. Ancrées sur un modèle non lucratif qui s’inscrit dans l’économie sociale et solidaire, les Banques Alimentaires ont pour projet d’inscrire leur action dans les grands défis auxquels notre société est confrontée : la lutte contre le gaspillage, le lien entre nutrition et santé, le changement climatique, la construction de systèmes alimentaires locaux, la réduction des inégalités sociales.


Qu’est-ce que l’on mange ?

Editions Universitaires de Dijon

Clémentine Hugol-Gential

235 pages

Résumé :

Influenceurs, scientifiques, ministères, labels, marques agroalimentaires, lanceurs d’alerte, nombreux sont les acteurs qui discutent et se disputent les enjeux liés à notre alimentation. Cet ouvrage, ancré dans les sciences de l’information et de la communication, envisage donc, dans une vision holistique, les multiples questions que l’alimentation pose : sanitaires, nutritionnelles, mais aussi éthiques, identitaires, patrimoniales, symboliques et culturelles.
Au fil des contributions où se croisent le regard des chercheurs en SIC et celui des professionnels de différents domaines, des perspectives et des pistes de réflexion sont ouvertes quant aux savoirs liés à l’alimentation, en amont et en aval de la chaîne agroalimentaire. Il s’agit d’explorer les thématiques de patrimonialisation et de transmission des savoirs, ainsi que les enjeux sanitaires et les risques encourus d’une part, l’importance de la transparence et des nouvelles formes de médiation des savoirs d’autre part.

Clémentine HUGOL-GENTIAL est maîtresse de Conférences en Sciences de l’Information et la Communication à l’Université de Bourgogne. Elle est membre du laboratoire CIMEOS (EA 4177) dont elle co-pilote l’axe alimentation et gastronomie.
Avec la collaboration de Estera BADAU, David MICHON et Anne PARIZOT.


LE CERVEAU CUISINIER – Petites leçons de neurogastronomie

Ed Quae

Roland Salesse

192 pages

Résumé :

Homo sapiens est une espèce omnivore, mais c’est aussi « un animal qui cuisine » ! Notre alimentation résulte ainsi d’un compromis entre nature et culture, et c’est le cerveau qui décide… En raison des inquiétudes liées à la malbouffe, nous nous interrogeons beaucoup sur notre alimentation. Aux questions liées à l’impact environnemental de la production de denrées, s’ajoutent conseils, injonctions ou interdits alimentaires de tous ordres. Ce qui n’était qu’un comportement de survie, une fonction physiologique, se charge de significations émotionnelles, culturelles ou identitaires. Pour comprendre « comment ça marche », la neurogastronomie nous éclaire sur tout ce qui touche à l’action de se nourrir.

Activité essentielle pour la survie, se nourrir mobilise de multiples fonctions de l’organisme. Fonctions de planification pour se procurer les denrées, fonctions motrices pour les amener à la bouche, les mastiquer et les avaler. Fonctions sensorielles pour reconnaître les aliments et évaluer la nourriture. Fonctions largement non conscientes du tube digestif : enzymatiques, motrices, sensorielles, neuroendocrines. En maître de cérémonie, le cerveau collecte les informations corporelles et environnementales, et en fait la synthèse. Il commande l’acte de manger et sa cessation, il régule les heures de repas et orchestre les relations entre les organes. C’est lui qui forme les images sensorielles des aliments, et apprend la façon de les manger. Ainsi se déterminent nos choix alimentaires, mais aussi leur valeur nutritionnelle, symbolique et culturelle, jusqu’au jugement esthétique pour la haute gastronomie.

Cet ouvrage richement illustré brosse un tableau de nos connaissances en neurophysiologie de l’alimentation et les restitue dans leur contexte social, économique et culturel. Il est destiné aux scientifiques, étudiants, enseignants, diététiciens, gastronomes… et aux curieux de l’alimentation.


Méthodes d’investigation de l’alimentation et des mangeurs – MIAM

Ed Quae

Olivier Lepiller (coordination éditoriale), Tristan Fournier (coordination éditoriale), Nicolas Bricas (coordination éditoriale), Muriel Figuié (coordination éditoriale)

244 pages

Résumé :

Les chercheurs donnent rarement à voir le détail des choix méthodologiques qui fondent leurs recherches. Les considérations théoriques et pratiques qui les ont guidés dans ces choix restent souvent implicites. Dans cet ouvrage, les méthodes pour étudier l’alimentation et les « mangeurs » sont au centre. L’usage du terme « mangeurs » vise à distinguer ces derniers de la figure du consommateur. Il met l’accent sur la multidimensionnalité de l’acte de manger, cet acte qui engage le corps biologique tout autant que la socialité des individus et les insère dans l’espace et le temps ainsi que dans des échanges économiques.

Cet ouvrage est le fruit d’un travail collectif réunissant une quarantaine de chercheuses et chercheurs confirmés. Soucieux de pédagogie, il a pour objectif de présenter de manière critique quinze méthodes aujourd’hui utilisées dans ou à la croisée de différentes disciplines : anthropologie, économie, géographie, nutrition et sociologie.

L’ouvrage intéressera étudiants, enseignants, chercheurs experts et autres professionnels à la recherche de méthodes permettant de mieux comprendre ou d’affiner leurs propres outils d’étude de l’alimentation et des mangeurs.


Une écologie de l’alimentation

Ed Quae

Sous la direction de Nicolas Bricas, Damien Conaré, Marie Walser - Préface de Claude Fischler - Avec la contribution de plus de 24 auteur·e·s

312 pages

Résumé :

Voir le teaser

Repenser nos alimentations, c’est repenser nos sociétés. Car partager un repas et même faire ses courses sont des moyens de se relier aux autres. La façon de nous nourrir construit notre santé. Nos modes de production agricole façonnent nos paysages et définissent notre place dans la nature. Gérer des ressources pour produire, pour transformer et pour distribuer les aliments fonde nos économies. Nos registres du comestible, nos cuisines et nos manières de table racontent nos cultures. Enfin, et surtout, manger est un plaisir…

C’est en reconnaissant toutes ces dimensions avec une égale importance que cet ouvrage aborde les enjeux contemporains de l’alimentation. La proposition d’une écologie de l’alimentation s’ancre dans le double registre d’une science des relations et d’un engagement politique. Une telle approche permet de revisiter, parfois de façon inattendue, les mots d’ordre de l’alimentation durable. Elle vise aussi à nourrir les démarches citoyennes, publiques et privées engagées dans la transformation des systèmes alimentaires.

Ouvrage anniversaire de la Chaire Unesco Alimentations du monde, qui décloisonne depuis 10 ans les savoirs sur l’alimentation.


Bien manger, bien vivre, bien vieillir !

Editions in press

Dr Patrick Serog et Roseline Levy-Basse

184 pages

Résumé :

Savourez, partagez, appréciez la vie

Les bonheurs du quotidien sont souvent à portée de notre main. Comment apprendre à les saisir lorsque l’on vieillit ?

Ce livre ouvre un chemin pour bien vieillir. Il vient balayer bien des idées reçues. Non, on ne perd pas le plaisir de manger en vieillissant. Oui, l’optimisme a un effet positif sur la santé. Oui, on peut commencer une activité physique après 65 ans et améliorer sa qualité de vie. Non, il n’est jamais trop tard pour faire un travail psychologique sur soi.

Les auteurs nous invitent à poser un nouveau regard sur notre vie : accepter de recevoir des autres de bon coeur après avoir beaucoup donné à ses enfants, à sa famille, à son travail, entreprendre de nouveaux projets qui donnent du sens à la vie, avoir du plaisir à manger, être acteur de sa vie, entretenir le désir.

Conseils pratiques, astuces nutritionnelles et gustatives, témoignages… font de ce livre un véritable guide.

Il n’y a pas d’âge pour se réinventer, repenser sa vie, ré-enchanter son quotidien.


Qualité des aliments d’origine animale – Production et transformation

Ed Quae - Collection : Matière à débattre et décider

Sophie Prache (coordination éditoriale), Véronique Santé-Lhoutellier (coordination éditoriale), Catherine Donnars (coordination éditoriale)

170 pages

Résumé :

Depuis une dizaine d’années, de nombreuses études questionnent notre consommation d’aliments d’origine animale. Les impacts de l’élevage sur l’environnement, les effets sur la santé humaine d’une consommation excessive de viande rouge et de charcuterie ainsi que les préoccupations d’éthique envers les animaux ont fait évoluer l’image de ces produits. Peu de travaux ont cependant analysé leur qualité dans ses différentes dimensions. C’est ce que propose cet ouvrage qui reprend les principaux enseignements d’une expertise scientifique collective coordonnée par INRAE en 2020.

Cet ouvrage caractérise conjointement les propriétés organoleptiques, nutritionnelles, sanitaires, technologiques, commerciales, d’usage et d’image de ces aliments.

Embrassant toute la chaîne de fabrication de l’aliment, il pointe les facteurs d’élevage et de transformation influant sur la qualité et souligne les possibles antagonismes ou synergies entre les dimensions de la qualité et entre les différentes étapes de l’élaboration du produit. Les auteurs comparent, par ailleurs, les engagements spécifiques des produits bénéficiant de signes de qualité (bio, Label rouge, AOP, IGP, STG).


Ensemble pour mieux se nourrir – Enquête sur les projets solidaires et durables pour sortir de la précarité alimentaire

Actes Sud - Collection(s) : Domaine du possible

Frédéric Denhez, Alexis Jenni

198 pages

Résumé :

Sous la direction de Boris Tavernier
Préface de Véronique Fayet

Un compte rendu des coulisses de l’aide alimentaire en France. Les auteurs évoquent les ressorts de la solidarité et les initiatives de groupements d’achat, de coopératives ou de jardins partagés, ainsi que les moyens à disposition des associations ou le rôle de la grande distribution dans la lutte contre la malnutrition. Avec des entretiens. ©Electre 2021

 


L’alimentation au fil des saisons – La saisonnalité des pratiques alimentaires

Editions Table des Hommes - Presse Universitaire François-Rabelais

Camille Adamiec, Faustine Régnier, Marie-Pierre Julien

240 pages

Résumé :

« Mangez des produits de saisons » pour votre santé et celle de la planète telle est une injonction actuelle des pouvoirs publics alors même que l’industrialisation de l’alimentation, avec ses innovations techniques et sa mondialisation commerciale, tend à nous affranchir des rythmes saisonniers.
C’est un des paradoxes alimentaires que nous devons gérer quotidiennement, résultant d’ajustements et de tensions, économiques et politiques, socioculturelles et climatiques. Historiens, sociologues et anthropologues en analysent ici les ressorts pour nous permettre de faire des choix plus éclairés.


Le goût, une affaire de nez ? – 80 clés pour comprendre le goût

Ed Quae

Loïc Briand

144 pages

Résumé :

Le goût est une expérience à multiples facettes qui met en éveil tous nos sens. C’est un sens si familier qu’il faut en être privé pour en mesurer l’importance et la complexité.

Cet ouvrage vous propose de découvrir comment fonctionne le sens du goût au travers de 80 questions, d’anecdotes et de nombreuses illustrations. Savez-vous, par exemple, que nous goûtons avec le nez ? Pourriez-vous définir les différentes saveurs ? Pourquoi avons-nous tous des goûts différents ? Peut-on perdre le sens du goût ?

Les scientifiques ont maintenant bien identifié les récepteurs qui permettent à nos papilles de percevoir les saveurs. Ainsi, nous possédons 25 récepteurs à l’amertume contre un seul type de récepteur à la saveur sucrée !

En outre, la connaissance des gènes du goût permet aujourd’hui de comparer les récepteurs gustatifs entre espèces animales. Le chat, par exemple, ne perçoit pas le goût sucré alors que le dauphin est insensible à l’amertume. On a aussi trouvé de nombreux récepteurs du goût dans des organes et tissus inattendus. Auriez-vous imaginé que le récepteur à la saveur sucrée était présent dans l’intestin et le cerveau ?

Préparez-vous à être étonnés par ce sens subtil qui donne saveur à la vie et qui n’a pas encore livré tous ses secrets. Un vrai bonheur pour les gourmets !


Covid-19 et agriculture : Une opportunité pour la transition agricole et alimentaire ?

Editions Presses des Mines

Michel Dron et Philippe Kim-Bonbled (Dir.)

358 pages

Résumé :

ACADEMIE D’AGRICULTURE DE FRANCE – parution : 2020

Bousculant nos connaissances scientifiques en matière de virologie et d’épidémiologie, la pandémie de la Covid-19 a provoqué un confinement mondial qui a eu immédiatement de graves conséquences socio-économiques. Paradoxalement, elle semble être un catalyseur des grandes mutations en cours dans les filières agricoles et alimentaires françaises : agroécologie, territorialisation, numérique, circuits courts, transition alimentaire. Elle invite à la réflexion sur l’évolution de l’Union Européenne et de sa politique agricole commune. Elle oblige à revoir les relations Nord-Sud en matière de sécurité alimentaire mondiale. Interpellée par ces événements, l’Académie d’agriculture de France s’est mobilisée autour d’un groupe de réflexion qui a travaillé durant le grand confinement par visioconférence et alimenté un Forum académique numérique. Ce sont ces contributions et des propositions concrètes pour une mutation accélérée et positive du monde agricole, qui vous sont communiquées dans cet ouvrage. Avec la crise de la Covid, l’Académie d’agriculture de France s’est muée en une société savante 4.0 !

Quelque soixante membres de l’Académie d’agriculture de France ont mené « leurs propres réflexions »:


1. La pandémie et ses réalités agricoles
2. Les vulnérabilités agricoles mises en évidence par la pandémie
3. L’après-pandémie agricole

Commander l’ouvrage

En savoir plus

 


Manger en ville

éditions Quae

Audrey Soula, Chelsie Yount-André, Olivier Lepiller, Nicolas Bricas, coord.

220 pages

Résumé :

Cet ouvrage expose les changements des habitudes alimentaires dans des villes d’Afrique, d’Amérique latine et d’Asie. À travers l’étude des pratiques et des représentations alimentaires de citadins, il montre l’insuffisance d’une analyse de ces changements en termes d’occidentalisation, d’uniformisation, de « transition » ou de convergence vers un modèle qui se généraliserait.
Menées dans les villes des Suds, les enquêtes révèlent que les citadins inventent de nouvelles formes d’alimentation à partir d’une multiplicité de références locales et/ou exogènes. Le garba abidjanais ou le bâbenda ouagalais sont autant d’exemples de l’invention de cuisines urbaines.
Les auteurs des chapitres sont chercheurs en sciences humaines et sociales, originaires d’Afrique, d’Amérique latine et d’Asie où ils travaillent. Ils invitent le lecteur à porter un regard sur l’alimentation citadine des Suds, loin des idées reçues sur la pauvreté, la santé ou encore la responsabilité individuelle des mangeurs.
Ce livre intéressera un public scientifique d’enseignants et de professionnels des systèmes alimentaires, et un lectorat s’intéressant aux dynamiques sociales et culturelles urbaines et à l’élaboration de théories sociologiques et anthropologiques venant des Suds.

 

– en téléchargement gratuit et immédiat sur open access : https://www.quae-open.com/produit/132/9782759230914/manger-en-ville
– au format papier sur le site libraire QUAE : https://www.quae.com/produit/1621/9782759230914/manger-en-ville

Manger sain & durable

éditions Quae

Denis Lairon

150 pages

Résumé :

Comment bien se nourrir ? Comment produire durablement des aliments sains ? Ces deux questions, devenues préoccupantes, nous invitent à repenser notre alimentation, depuis le contenu de notre assiette jusqu’à la planète qui nous héberge. En dressant un état des lieux des façons de se nourrir, de leurs bénéfices et nocivités, ce livre pose donc un double regard sur ces enjeux de société fortement dépendants : notre santé et l’environnement.

Expert reconnu en nutrition, l’auteur synthétise des études récentes qui mettent en lumière les liens entre régime alimentaire et santé, montrant clairement l’intérêt de régimes plus végétaux et la réduction, avec une alimentation majoritairement bio, des risques d’obésité, de surpoids et de maladies chroniques telles que les cancers. De plus, il décrit l’efficacité de systèmes alimentaires durables et universels à réduire les impacts écologiques néfastes sur la planète. L’agriculture biologique et d’autres démarches agroécologiques apparaissent comme des modèles à développer pour produire des aliments goûteux, nutritifs et sains, mais aussi pour encourager la consommation locale et recréer des liens directs avec les agriculteurs.


Recommandations nutritionnelles pour la population : RNP

Editions MED-LINE EDITIONS

Baraut MC

252 pages

Résumé :

« Les nouvelles recommandations nutritionnelles pour la population ont été récemment rendues publiques en 2016 et 2019. L’ évolution des données scientifiques au cours des dix dernières années a rendu nécessaire une révision de ces repères de consommation alimentaire, avec à la clé de nouveaux objectifs de santé publique en nutrition. Suite à l’actualisation de ces recommandations nutritionnelles pour la population, j’ai souhaité rédiger un ouvrage de synthèse dans la collection des Précis de Diététique (…) »

Marie-Caroline Baraut

Téléchargez un extrait Recommandations nutritionnelles pour la population – RNP –


Le Grand Livre de notre alimentation

 Ed : Odile Jacob

25 experts de l'Académie d'agriculture de France

416 pages

Résumé :


Que faut-il manger ?
Peut-on faire confiance à la nourriture que nous achetons ?

Que penser des produits allégés, du gluten, des oméga-3, des surgelés ou des OGM ? L’œuf est-il mauvais pour le cholestérol ?
Qui est en charge de l’authenticité de nos aliments et de notre sécurité alimentaire ?

Le guide complet de notre alimentation en 100 chapitres, par 25 experts de l’Académie d’agriculture.

Au-delà des querelles, controverses et débats passionnés autour de la qualité de nos aliments ou des mérites comparés du bio et de l’agriculture industrielle, voici les avis informés
et les meilleures recommandations des plus grands spécialistes.

Jean-Christophe Augustin, Pierre Besançon, Jean-Jacques Bimbenet, Jean-Marie Bourre, Any Castaings, Jean-Pierre Décor, Maurice-Paul Durand, Pierre Feillet, André Frouin, Ismène Giachetti, Léon Guéguen, Jacques Guilpart, Pascale Hébel, Hervé Lafforgue, Denis Lorient, Didier Majou, Dominique Parent-Massin, Gérard Pascal, Jean-Louis Rastoin, Jacques Risse, Patrice Robichon, Bernard Saugier, Hervé This, Georges Vermeersch, Jean-Michel Wal.

Accéder à l’ouvrage


Sécuriser l’alimentation ?

Revue Socio-Anthropologie

Sous la direction de Pierre Janin, Raphaëlle Héron et Alexis Roy

188 pages

Résumé :

« Sécuriser l’alimentation » relève d’une pluralité de sens et d’actions : d’ordre matériel (produire des aliments, les transformer, les cuisiner), organisationnel (structurer les filières, organiser les lieux d’approvisionnement et de commensalité) comme représentationnel (comprendre et respecter ce que « manger veut dire »). La diversité des systèmes alimentaires, la complexité des savoirs nutritionnels et médicaux et l’évolution des exigences des consommateurs compliquent les choix des acteurs (producteur, transformateur, mangeur, décideur,…). Car, au-delà de l’impératif physiologique et sécuritaire, « bien manger » émerge de plus en plus comme une exigence (auto-)imposée, qui implique la formalisation et la transmission de connaissances et de pratiques particulières.

Ce dossier souhaite rendre compte de ce qui est fait de manière plus ou moins spontanée, visible comme implicite, dans les discours et surtoutdans les pratiques, par un ensemble élargi d’acteurs agissant au nom de la fonctionnalité et de la durabilité des systèmes alimentaires. Cet ensemble d’actions, réalisées au nom de la « sécurisation alimentaire », concerne aussi bien l’échelle individuelle et familiale (pratiques des mangeurs) que collective (gestion des risques, nouvelles politiques alimentaires territorialisées) impliquant les acteurs publics, les transformateurs et les médias.

En savoir plus


À la table de l’Homo economicus – De la subsistance à l’abondance

Pierre Combris

Résumé :

a

Extraire des aliments de la nature, apprendre à les produire au moindre coût, nourrir des individus de plus en plus nombreux, leur permettre de développer tout leur potentiel biologique et de vivre plus longtemps, à chacune de ces étapes de l’histoire alimentaire les mécanismes de l’économie sont à l’œuvre. Des chasseurs-cueilleurs aux clients des supermarchés, Pierre Combris nous montre comment le raisonnement économique met en lumière les effets de la tension permanente entre des besoins en expansion et des ressources limitées.

En savoir plus


Mutations alimentaires au Laos

Florence Strigler

Résumé :

Salade de papaye ou pizza ? Les Laotiens peuvent désormais choisir parmi une offre variée de mets « traditionnels » ou internationaux, à condition toutefois d’habiter en ville et de disposer de revenus suffisants. Ils entrent de plain-pied dans une société de consommation globalisée. En plein essor économique, le Laos vit une période charnière, en ce début du XXIe siècle. Les évolutions des modes de vie, de l’agriculture, du commerce et de la distribution, ou encore des médias et des réseaux sociaux, entraînent des changements alimentaires, tant sur le plan des pratiques que sur celui des représentations.

En savoir plus


Sociologie de l’alimentation

février/2019 - Philippe Cardon - Marie Plessz -Thomas Depecker

240 pages

Résumé :

a

Cet ouvrage propose une étude approfondie des grandes théories sociologiques sur l’alimentation et ses enjeux actuels. Il aborde l’alimentation sous l’angle de l’identité culturelle et de classe, de la réforme des consommations, des pratiques quotidiennes et de la socialisation au sein des ménages.

 En savoir plus


Maigrir, c’est simple et dans la tête

Gérard Apfeldorfer

Résumé :

a

« Pour maigrir et être en paix avec soi-même. Mangeons en harmonie avec notre corps et notre esprit. C’est la nouvelle alimentation intuitive que vous propose Gérard Apfeldorfer dans ce livre. Devenir mince, être mince tout en étant bien dans sa peau, bien dans sa tête et bien dans sa vie. Le livre pour toutes celles et tous ceux qui veulent maigrir et rester minces tout en apprenant à s’estimer et à se respecter. »

En savoir plus